Nouvelles citoyennetés : Lutte contre la pauvreté, agir pour l’éradiquer

Avant-propos : l’éradication de la pauvreté est souhaitable, nécessaire et possible

Sur le site, deux articles parus expliquaient la position de la France Insoumise sur la question de la pauvreté en démontrant en quoi l’éradication de la pauvreté est possible. Nous développions aussi des arguments expliquant en quoi la lutte contre la pauvreté revêtait un combat moral.

En résumé, notre pays est si riche que l’Abbé Pierre dans son fameux appel du 1er février 1954 évoquait le devoir d’humanité et de fraternité et invoquait l’âme commune de la France.  Pourtant, des décennies passent et le constat reste effroyable : la pauvreté s’accroit, alors que les richesses produites n’ont jamais été aussi élevées.

L’apport très utile des Restaurants du Cœur, des associations caritatives et l’appoint des  ressources minimales (RSA) doivent s’accompagner d’un engagement énergique et constant des pouvoirs publics pour la réinsertion des personnes démunies. C’est cet engagement devenu très insuffisant qui nous oblige à déployer des actions d’accompagnement de ces personnes.

La France Insoumise refuse ce renoncement et reprend le flambeau du combat contre les inégalités dont l’éradication de la pauvreté fait partie de ces objectifs. Comment ?

En premier lieu, cette éradication doit intégrer l’urgence pour redonner de la dignité aux personnes frappées par la pauvreté et ensuite, elle passe par une politique durable visant à construire une société de solidarité.

Devoir de solidarité citoyenne

Les politiques libérales ces 15 dernières années produisent des effets désastreux avec la dislocation progressive de l’État, des services sociaux et avec la paupérisation grandissante des populations, y compris des salariés.

Chacun de nous est désormais confronté à une précarisation de leur situation dans tous les domaines de leur vie quotidienne : logement, emploi, revenu, santé, retraite et scolarité.   Cette réalité s’accompagne à une mise en cause en profondeur des liens sociaux issus des grandes conquêtes sociales, y compris celles issues du programme du Conseil Nationale de la Résistance. De fait, la France connaît  une tension sociale croissante donnant lieu à la concurrence de tous contre tous.

Les personnes les plus démunies sont les plus atteintes mais nulle personne dans la classe dite moyenne n’échappe désormais à la crainte du déclassement.

La France Insoumise se refuse à cette dislocation de la société.  L’ambition municipale tend vers un nouvel humanisme par le renforcement des solidarités existantes et par l’encouragement de nouvelles solidarités intergénérationnelles, envers les populations démunies, les étrangers, les personnes handicapées ou toutes celles qui sont dans le besoin.

Au-delà, la solidarité vise à donner à chaque personne enfant, adulte ou senior, les moyens de subsistance digne.

Il ne s’agit pas de remplacer le rôle irremplaçable de la solidarité nationale mais en attendant que l’État remplisse son devoir, celui de la nouvelle majorité municipale est de faire œuvre d’humanité et de fraternité.

Pour toutes ces raisons, cela nous conduit à prendre les engagements suivants :

  • Adoption d’un plan communal de solidarité
  • Mise en place d’un plan de lutte contre les discriminations
  • Promotion d’un nouvel humanisme

Adoption d’un plan communal de solidarité

Face à la scandaleuse démission de l’État, et donc des pouvoirs publics, dans les politiques de solidarité national, par devoir d’humanité, la commune doit suppléer aux défaillances constatées.

Toutefois, ces actions incombent pour l’essentiel à l’Etat qui devra, dès que possible, reprendre complètement ses responsabilités.

Pour cela, nous prenons l’engagement en faveur de l’adoption d’un plan décennal des solidarités, réexaminé chaque année pour d’éventuelles améliorations et adaptations.

Ce plan décennal des solidarités comportera  quatre volets :

  • Plan décennal de lutte contre la pauvreté
  • Plan décennal d’insertion des personnes handicapées
  • Plan décennal de lutte contre la fracture numérique
  • Plan décennal d’intégration des étrangers en situation régulière et des demandeurs d’asile

La lutte contre la pauvreté est prioritaire.

Dans ce cadre, nous nous engageons d’une part à mettre fin aux arrêtés sur la mendicité et d’autre part, à faire cesser la chasse aux pauvres par les forces de l’ordre et donc par la police municipale (ou de Métropole).

Le plan décennal de lutte contre la pauvreté comprendra plusieurs volets.

La création dans chaque quartier d’une Maison des Solidarités et du Partage (MSP) vise à la mise en place d’un guichet unique d’accès aux droits, assurant information et suivi des dossiers, et permettant à tout administré de connaître ses droits sociaux à l’aide de simulation sur « mesaides.gouv »

Outre la création de poste de médiateurs, il conviendra d’assurer la présence  de permanence sociale  après accord avec de la CAF, la CNAM et Pôle Emploi.

De même, il faudra veille à la création au niveau de la rive droite à  La Source et à  Saint-Marceau et au niveau de la rive gauche dans le Centre, aux Blossières et à l’Argone, d’une instance participative au sein des CCAS ouverte aux associations et à la population.

L’accès aux équipements et services publics municipaux et métropolitains passera par le développement de la gratuité ou de la tarification sociale.  Cela se fera par la révision de la tarification sociale par la baisse du nombre de tranches de quotients familiaux  et par la mise ne place d’un taux d’effort (avec  la CNAS).

Une attention particulière sera apportée à l’accompagnement des SDF (Sans Domicile Fixe) qui devront disposer d’une garantie au droit à la domiciliation (avec service de bagagerie) dans l’attente de leur relogement.

Le nouvelle majorité municipale prendra des dispositions visant à aider les associations caritatives et de solidarité afin d’assurer la gratuité des repas de solidarité à base de nourriture « bio », la  distribution de nourriture pour les animaux de compagnie, la mise à  disposition dans chaque quartier de locaux d’accueils avec des lieux de vie intime et avec droit de disposer des animaux de compagnie.

Surtout, tout devra être fait en faveur de la réinsertion des personnes démunies y compris des chômeurs de longue durée, en relation avec les services sociaux, dans la société et du monde du travail.

Enfin, nous adopterons des arrêtés municipaux visant à interdire non seulement la coupure d’eau et d’énergie mais leur réduction à un niveau drastique.

Toute la philosophie est que cette solidarité nous incombe car nous sommes tous concernés soit à titre personnel, soit par rapport à notre entourage, mais surtout parce que nous sommes des humains et qu’à ce titre, nous voulons que chacun de nous puissent être heureux.

Notre engagement : lutter contre la pauvreté est notre honneur

Les insoumis de l’Orléanais

Notre éditorial : 

De Rio à Orléans :  C’est la rentrée !

Nos analyses de l’actualité : 

A Rio, Lula victime du Lawfare

Régie Publique de l’eau à 100 % : traitement, distribution et assainissement

Faisons de nos quartiers,  un lieu de vie

Nos luttes :

Deux actions militantes  pour la cause animale

Notre coup de cœur littéraire de la quinzaine

David Grann  – Editions Pocket – La note américaine