L’Amérique, ses indiens et la violence originelle de l’Amérique blanche

Quelle flèche empoisonnée a atteint le journaliste et écrivain américain, new-yorkais  né en 1967, pour mener une enquête minutieuse, époustouflante sur la série de meurtres dont seront victimes à partir de 1921 les indiens Osages dans l’État de l’Oklahoma ?

Dans un style très alerte qui tient de l’investigation avec la fouille des archives et par les nombreuses démarches auprès des derniers témoins directs ou des descendants, c’est une part d’ombre de l’histoire américaine qui ressort avec ses cadavres, ses fantômes, ses lois de Far West et de la lâcheté des hommes.

Dans cette méticuleuse introspection du passé, l’écrivain-journaliste rappelle cette obsession originelle de l’Amérique blanche consistant à humilier ce qui ne lui ressemble pas. Ainsi, le peuple Osage est-il parqué dans une réserve, des terres arides et rocheuses dans un territoire minéral aux confins de l’Oklahoma. Dans ce coin perdu, ces Osages vont à la fois vivre une espérance et un calvaire.

L’espérance, inattendue, est l’ironie de l’histoire américaine : cette terre aride abrite le plus grand gisement de pétrole des États-Unis à l’époque. Devenus millionnaires, les Osages attirent les convoitises de blancs rusés mais peu scrupuleux.

Et c’est là que le calvaire commence avec la disparition soudaine de deux membres de la tribu Osage, avec l’empoisonnement d’une femme puis avec l’explosion d’une maison provoquant le décès de trois autres Osages.

Tous ces assassinats feront bien entendu l’objet d’enquêtes locales, toutes bâclées, piétinées et finalement enterrées ou pire avec des procès donnant lieu au relaxe des principaux suspects.

Une nouvelle série de meurtre sera l’occasion en 1935 de mettre à l’épreuve la toute nouvelle organisation fédérale, le FBI et de son ambitieux et strict Directeur John Edgar Hoover. D’ailleurs le titre américain du livre est « The Osage Murders and the Birth of the FBI », littéralement « Les meurtres Osages et la Naissance du FBI ».

Tout devient palpitant dans cette enquête journalistique car on comprend que le futur célèbre patron du FBI va se servir de cette affaire pour sa propre carrière et pour asseoir l’autorité de la nouvelle organisation fédérale. Pour cela, outre qu’il exigera toute la lumière sur cette affaire, il obtiendra que tous les moyens en terme d’enquêteurs, de logistique puissent être à l’œuvre pour aboutir à un résultat politique positif.

Mieux, Hoover profitera de cette première et lourde affaire pour imposer des méthodes rigoureuses de police scientifique et de fichage de toutes les informations.

Mais tien n’aurait été possible si les enquêteurs et notamment celui qui en sera officiellement chargé de l’enquête sur place, n’avait su se lier des relations étroites avec les familles Osage devenues par la force des choses très méfiantes envers tout ce qui représente l’officialité américaine, justice et police.

Cette histoire vraie donne à ce livre, une dimension mystique d’autant plus grandiose qu’elle s’accompagne de photos d’époques des principaux protagonistes de l’affaire des meurtres. Une face sombre de l’Amérique est dévoilée sous l’aspect de la violence, de l’humiliation, des enjeux de pouvoirs.

Il aura fallu un travail colossal de déterrement des archives locales, fédérales, d’entretiens très nombreux auprès de tous ceux encore vivant dans les années 2010 – 2017, peuvent encore évoquer cette sombre période américaine.

A liez vraiment, ce livre est aussi une histoire de nous-mêmes !