Le 28 juin prochain, deuxième tour des élections municipales à Orléans, faisons barrage à la droite conservatrice et libérale de Serge GROUARD et d’Olivier CARRE !

Dans un communiqué publié le 29 mai dernier sur nos réseaux et dont la presse locale ne semble pas s’être fait l’écho, nous avons dénoncé avec le Parti Animaliste le choix du gouvernement de maintenir le second tour des élections municipales le 28 juin prochain.

Les préoccupations actuelles des citoyen(ne)s sont effectivement tout autre. Il s’agit pour la plupart d’entre elles et d’entre eux et notamment les plus démunis et les plus précaires, de pouvoir d’abord « remplir le frigo », pour beaucoup de maintenir leur emploi, de retrouver un quotidien serein, d’enlacer leurs proches, sans compter l’impact de toutes les séquelles de cette période de confinement dont il est difficile d’évaluer présentement les effets.

Nous aurions été davantage favorables à la tenue d’un nouveau scrutin au plus tôt en automne, essentiellement dans un souci de respect de la démocratie et afin d’éviter une vague abstentionniste exponentielle et probablement plus importante que celle du premier tour.

Les élections municipales sont primordiales pour la gestion du quotidien de notre ville et de la métropole. Nous regrettons qu’elles se soient transformées en mascarade, déniant ainsi toute leur représentation du point de vue démocratique.

Toujours est-il que le 28 juin, à Orléans, vous pouvez malgré tout mettre un terme au conservatisme de droite irrespectueux des classes laborieuses et populaires et faire barrage aux candidats qui l’incarnent depuis trop longtemps et ne font aujourd’hui qu’emprunter leurs idéaux à François FILLON ou Emmanuel MACRON.

Si nous avions pu être présents au premier tour de mars dernier, notre seule ambition aurait été celle de défendre nos propres idéaux de lutte contre les inégalités, d’humanisme, de progrès social, d’écologie sociale et solidaire et de protection des animaux, tous au cœur de notre engagement politique.

Cette ambition demeure à jamais et vous en retrouverez les détails dans notre programme l’Avenir en Commun de la France Insoumise ou sur nos propres réseaux rappelés ci-dessous pour ce qui était de notre programme partagé avec le Parti Animaliste pour les élections municipales.

Nous sommes sans doute à la veille d’une crise sociale grave dont les répercussions locales ne seront pas épargnées et qui viendra s’ajouter à la crise d’urgence sanitaire. Cette situation extrêmement difficile ne saurait être aggravée par l’arrivée à la tête d’Orléans d’une équipe qui a priori n’a ni la volonté ni la capacité de la résoudre, contrairement à celles et ceux dont on présume d’ores et déjà qu’ils s’y attèleront davantage dès le 28 juin.

Orléans, le 10 juin 2020

La France Insoumise orléanais