Point de vue d’une citoyenne orléanaise insoumise

Aux urnes citoyens ?

               Dans quelques jours, à Orléans comme dans toutes les villes et villages de France, les électeurs vont aller déposer dans l’urne un bulletin électoral.

A Orléans aucun candidat ne propose une politique active contre les inégalités. Aucun candidat ne propose de réparer les dégâts du Capitalisme violent. Aucun candidat ne propose une plus juste redistribution de l’argent public.

Au contraire, « la Gôche unie », menée par Jean-Philippe Grand, propose : « un complément d’aide versé par la mairie, pour permettre aux plus démunis de sortir du seuil de pauvreté ». Comment ? Cherchez bien, vous n’aurez pas de réponse précise. En matière économique, le candidat OSE-PS-PCF a des idées : « soutenir le commerce de centre-ville, permettre aux vélos de traverser la Loire et offrir 100% de bio dans les cantines et les EHPAD de la ville. Comment ? Là encore rien de concret !

La droite « en marche arrière » de Carré et la droite réactionnaire de Grouard, ont eux aussi peu travaillé ! Pour Olivier Carré : “Entre « barre à droite toute » et « barre à gauche toute », il y a un « axe central » que je représente, celui de la continuité dans le changement” ! Aphorisme pitoyable !

Quant à Grouard il s’intéresse de près à notre sécurité sanitaire ; on ne parle que des 80 000 masques chirurgicaux qu’il a distribués aux orléanais.

Nous n’avons rien à attendre des candidats orléanais ; ils ne sont qu’une « majorité minoritaire » paresseuse, opportuniste et dédaigneuse.

Nous, citoyens ordinaires d’Orléans savons ce qui est bon pour nous : nous le savons depuis 150 ans d’histoire des Communards car leurs revendications sont toujours d’actualité !

Les Communards ont pensé la délégation du pouvoir. Ils ont gravé ces mots : « si l’action des représentants issus du peuple, choisis par lui sur un programme n’est pas conforme aux décisions du peuple, ils devront être révoqués. » Les candidats orléanais refusent cette idée ; on les comprend ! Tout comme nous, le peuple communard semblait désorganisé et indiscipliné. Ce n’est qu’une apparence ! Les idées qu’ils avançaient étaient l’essence même de la volonté populaire : la liberté, l’égalité et la fraternité. Se souvenir de la Commune de Paris c’est se souvenir que la commune est le lieu à échelle humaine où l’on perçoit les besoins comme les manques de chacun. La citoyenneté doit être active et participative ! Il est grand temps de rappeler que le peuple d’Orléans est majoritaire, éclairé et déterminé !

C’est pourquoi le peuple d’Orléans peut compter sur notre vigilance.

Cassandre, le 23 juin 2020